mardi 29 avril 2008

Overwhelmed... wait, I used that in a title a week ago


The double rainbow
last evening

Pour la version française, naviguer en bas de la vidéo.

I thought it was going to be a quiet week. Sam might actually study for his next round of "bacs blancs", I'd work up the changes to the garden in Saint-Germain-en-Laye, and plant my new plants. Nope, last evening I found out that I will be up in the attic, making room for all the stuff that needs to go up there from the spare-spare guest room, which has turned into what the French call a foutoir, or the place where you dump useless stuff you can't fit back where you got it, also being synonymous with the original meaning for bordel, as in bordello, which can also mean a huge mess made by a child or anyone.

I get so sick of traipsing the stuff from one location to another as need arises.

Need this time is occasioned by my second stepson's calling last night to say that he, his girlfriend (a new once since his first one of their last visit) and at least two other friends will be arriving probably late Wednesday night to catch some sleep before going on to the amusement park Parc Astérix (as in Astérix et Obélix of comic book fame, and later, of course, cinematic with Obélix rendu en chair humaine for the first time by Gérard Depardieu in "Astérix at the Olympics") for the day Thursday. They'll return and spend a couple of days here. This prompted Audouin to remember that he is picking up his two youngest children, who had taken oaths a week before not to come here anymore, Wednesday evening, this having been decided over the course of the afternoon.

Earlier, I had found a bag the 11-year-old-in-one-week girl had packed and left in the middle of the room they share, a sign to us that she is really returning but could really decide not to come back again, it all depends on what happens with that bag of her things that normally stay in this house. Her mother did the same when she moved out of the house; it took me a long time to clear the things she didn't really care about anymore out. I am not touching that bag. It's the equivalent of a loaded gun in latent meaning, capable of driving us to the divorce courts. It's like Lydia Davis writes in Varieties of Disturbance, there are dangerous subjects it is best to avoid, until there are so many you are barely speaking anymore. And I thought we were making progress.

That's the worst, when the people who you wish least to see in the whole world are the ones your partner wishes most to see in that same world. You cannot wish for what you want most because if you got it, it would be like seeing the girl you despise arrive at school on crutches, when just the day before you had hoped she would fall down the stairs and break her leg.

I thought I would be Carol Brady to Audouin's Mike and the kids would squabble across the divides. No, times have changed (or they were never very accurately portrayed, since that would have made for family drama television and not family situation comedy). The parents fight. The kids get along, or tolerate one another across the divides, reserving the fighting to between themselves, according to shared parents of origin. It takes its toll.

I believed that if I got DVD's and served snacks and made a nice atmosphere, it would all come together. I saw myself laughing good-naturedly, so broad in my compassion and clearly well-intentioned that no one could resist for long, but I was so wrong. If I could have imagined the way one parent could see it and the other would, how entrenched a kid could be in his outlook, I most surely would not have even thought to make the attempt. I cannot talk about this here; it's the stuff of novels with names changed and personalities merged so no one is that specific person anymore, but someone a lot like them. I would never have the energy to write it. They say to write what you know, but it can be so oppressive that it would make it impossible to get out of bed in the morning.

....

So, I plant. I buy plants and take care of them, learn as much about as many of them as I can, and move them around so they can be near another that will bring out a different aspect of them, a separate quality that can only happen when there is this other plant nearby, and make this beauty that wasn't there until you thought to take that plant and set it next to this one. You thought that was what your marriage would mean, but their beauty never disappoints. All it takes for magic to occur is a movement of the clouds at a certain angle of the sun, and you think you have never seen anything so beautiful, or rarely.

Like the double rainbow that set the three of us running for our cameras -- Sam his video camera to film it, I to his Coolpix that he chides me for usurping, and Audouin took the Palm Pilot he already had in his hand and raced to another vantage point. We needn't have run. It lasted so long, growing more and more intense, clearer in the definition between each band of color in the two rainbows, like this one a few years ago, May 5, 2004, in fact.

Like the first sighting of the huge peony flower buried in the spirea, it was almost four years ago to the day, only earlier in the evening when it was still lighter out. Audouin hadn't been home for that one. Maybe Sam hadn't either. He was still taking the train to the EAB then, and getting home later than he does today.

The rainbows always start at the same point out near the Seine by the row of trees and finish at a point out past the end of the long street that runs through the village, or the other way around, I suppose, but it is a rare privilege when we get two at once.

The house, there, on the right side of the street, looks the same. Soon, it will look like new, 160 years ago. It isn't very old. Just aged badly.

....

Wednesday, April 30

Someone who knows who she is remembered this song. I found Debbie Harry singing it with Kermit.

Audouin also suggested I kiss that toad the other day, "Maybe," he grinned -- oh, that grin! -- "he'll turn into a prince."

That was right before he peed all over my hands,
and Baccarat's head.

....

Rainbow Connection
Kermit the Frog

Why are there so many
Songs about rainbows
And what's on the other side
Rainbows are visions
But only illusions
And rainbows have nothing to hide
So we've been told and some choose to
Believe it
I know they're wrong wait and see

Some day we'll find it
The Rainbow Connection
The lovers, the dreamers and me

Who said that every wish
Would be heard and answered
When wished on the morning star
Somebody thought of that
And someone believed it
Look what it's done so far
What's so amazing
That keeps us star gazing
And what do we think we might see
All of us under its spell
We know that its probably magic...

Someday we'll find it
That Rainbow Connection
The lovers, the dreamers and me

Have you been half asleep
And have you heard voices
I've heard them calling my name
Is this the sweet sound that calls
The young sailors
The voice might be one and the same
I've heard it too many times to ignore it
It's something that I'm s'posed to be

Someday we'll find it
The Rainbow Connection
The lovers, the dreamers and me

....



....

Life's like a movie, write your own ending
Keep believing, keep pretending

Jim Henson

....

Le double arc-en-ciel
hier soir

Je pensais qu'il se montrait une semaine tranquille. Sam réviserait peut-être pour ses prochains bacs blancs, je travaillerais sur les changements pour le jardin à Saint-Germain-en-Laye, et planterais mes nouvelles plantes, mais non. Hier soir j'appris que je serai dans le grenier, faisant
de la place pour toutes les affaires qui doivent y aller pour retourner la plus petite chambre d'appoint en chambre d'appoint de sa fonction actuelle de foutoir.

J'en ai tellement marre de tramballer tous ces trucs d'une pièce à une autre selon le besoin en absence d'une cave et des placards de rangement.

Cette fois-ci le besoin est occasionné par un coup de fil de la part de mon deuxième beau-fils hier soir qui appela pour nous dire que lui, sa copine (une nouvelle depuis la première de sa dernière visite, celle qui avait durée quelques années déjà mais semblait un triste couple par ce temps là -- à mes yeux) et au moins deux autres copains vont arriver probablement tard dans la nuit de mercredi à jeudi pour dormir quelques petites heures avant de reprendre la route à Parc Astérix pour la journée jeudi. Et puis, ils retourneront pour passer un ou deux jours avec nous. Ceci rappela à Audouin de m'informer qu'il chercherait ses deux derniers, qui juraient la semaine auparavant qu'ils ne reviendraient plus jamais, mercredi soir, ceci étant décidé au cours de l'après-midi.

Plus tôt dans l'après-midi je trouvai un sac que sa fille, qui aura onze ans dans un dizaine de jours, eut préparé et laissa au milieu de la chambre qu'elle partage avec son frère quand ils viennent, un signe qu'elle a réellement l'intention de revenir mais qu'elle pourrait décider réellement de ne plus jamais revenir, et on saura par le destin de ce sac en plein milieu de sa chambre. Sa mère fut la même chose au moment de son départ de cette maison; je mis un temps fou à débarrasser ses affaires, et je continuerai dans le grenier tout à l'heure. Je ne toucherai pas à ce sac. Il est une fusille chargée en ce qu'il signifie dans l'esprit du propriétaire des affaires dedans et du père de cette personne, ce qui pourrait nous amener aux parquets pour un divorce.

C'est comme écrit Lydia Davis dans Variétés de dérangement, il y a des sujets il vaut mieux éviter, jusqu'à ce qu'il y en a autant que nous ne nous parlons presque plus. Et je pensais que nous faisions des progrès.

C'est cela le pire, quand les deux personnes que tu voudrais voir le moins au monde sont ceux que ton partenaire veut voir le plus dans ce même monde. Tu ne peux pas souhaiter ce que tu veux plus que rien d'autre car si ce voeux soit réalisé cela serait comme de voir la fille qui tu détestas le plus à l'école arriver sur des béquilles quand la veille tu lui souhaitais tomber dans l'escalier et se casser la tronche.

J'imaginais que je serais le Carole Brady au Mike d'Audouin et les enfants de nos vies précédentes se disputeraient gentiment à travers le gouffre que nous réparerions bientôt. Mais non. Les temps ont changé depuis The Brady Bunch, ou ils ne furent jamais rendus fidèlement, car ceci aurait fait la télévision de drame familiale au lieu de comédie de situation familiale. Non, les parents s'engueulent, les enfants s'entendent, ou se tolèrent, à travers ce gouffre, réservant les disputes pour entre eux-mêmes selon leur parenté commun. Ca fait des dégâts.

Je croyais (oui, vraiment) que si je cherchais des vidéos, servais des apéros de famille et créais une ambiance sympathique, tout irait bien. Je me vis riant d'une bonté naturelle, si grande dans ma compassion et évidente dans ma bonne volonté que personne ne résisterait longtemps. Mais j'eus tellement tort. Si j'avais pu imaginer la façon dans laquelle un parent pourrait voir la situation et comment l'autre le verrait, à quel point un enfant peut s'enfoncer dans son point de vue et la défendre, je n'aurais sûrement pas tenté le coup. Mais je ne peux pas en discuter ici. C'est le sujet des romains où les noms sont changés et leurs personnalités mélangées pour que personne ne soit quelqu'un de spécifique, seulement quelqu'un qui lui ressemble, afin de protéger les individus. On dit d'écrire ce qu'on connaît, mais cet acte peut être si oppréssif qu'on ne pourrait plus jamais sortir du lit le matin.

....

Alors, je plante des plantes. J'achète des plantes et je m'en occupe d'elles, apprend autant que je ne peux et les déplace pour qu'elles puissent se trouver à côté d'une autre qui lui fait sortir un différent aspect d'elle, une qualité à part qui ne peut se découvrir que quand tu penses de prendre celle-ci et la mettre à côté de celle-là. C'est bien ce que tu pensais que ton mariage représenterait pour vous, mais la beauté des plantes ne déçoit jamais. Tout ce qu'il faut pour que la magique marche est un écart des nuages à un certain angle du soleil et tu n'as jamais vu quelque chose de si beau, ou rarement.

Comme le double arc-en-ciel que nous fit courir chercher nos appareils de photo, Sam sa camera vidéo pour le filmer, moi son petit appareil photo numérique qu'il me reproche de lui piquer tout le temps, et Audouin, son Palm, déjà dans sa main, courut à un autre endroit encore pour l'apprécier et le prendre en films à jamais. Nous n'eûmes pas raison finalement de courir. Les arcs-en-ciel durent très longtemps, devenant de plus en plus intense, chaque bande de couleur se dessinant dans les deux arcs-en-ciel, comme ceux-ci il y a quelques années, le 5 mai 2004, en fait, et nous restâmes chacun à sa position à les admirer.

Comme la première fois que je vis cette énorme pivoine dans la masse des fleurs de la spirée, ce fut quatre ans presque au jour même, mais un peu plus tôt dans la soirée. Audouin ne fut pas là pour l'apprécier, et Sam non plus il me semble. Il prenait toujours le train à Paris à l'EABJM, et rentrait plus tard dans la soirée qu'aujourd'hui.

Les arcs-en-ciel commencent toujours pas au même endroit près du rang des arbres le long de la Seine et finissent quelque part au-delà de la rue qui fait la longueur du village, ou dans l'autre sens, je suppose; mais il est rare que nous en avons deux en même temps.

La maison, là sur la droite, n'a pas changée. Bientôt, elle sera comme neuve, il y a 160 ans. Elle n'est pas si vielle. Elle a mal âgé.

....

mercredi 30 avril

Quelqu'un qui sait de qui elle s'agit s'en est souvenu de cette chanson lisant mon blog. Je trouvai Debbie Harry la chantant avec Kermit la grenouille.

Audouin suggéra aussi l'autre jour que j'embrasse ce crapaud, "Peut-être," faisant ce grand sourire -- ah, ce grand sourire! -- "il deviendrait un prince."

Ce fut juste avant qu'il ne fasse pipi sur mes mains, et la tête de Baccarat.

....

La connexion des arcs-en-ciel
par Kermit la grenouille
(traduction la mienne)

Pourquoi a-t-il tant
De chansons d'arcs-en-ciel
Et ce qui se trouve de l'autre côté
Les arcs-en-ciel sont de visions
Mais Ils ne sont que d'illusions
Et ils n'ont rien à cacher
Ce qu'on nous dit et certains choissent
à croire
Je sais qu'ils ont tort attends voir

Un jour nous la trouverons
La connexion des arcs-en-ciel
Les amants, les rêveurs et moi

Qui a dit que chaque voeux
Serait entendu et satisfait
Quand fait par l'étoile du matin
Quelqu'un en a pensé
Et quelqu'un en a cru
Regarde ce que cela a fait encore
Ce qui est si étonnant
Ce qui nous fait chercher les étoiles
Et que pensons que nous pourrions voir
Nous tous sous son sort
Nous savons que c'est probablement de magique...

Un jour nous la trouverons
La connexion des arcs-en-ciel
Les amants, les rêveurs et moi

Avez vous somnolé
Et avez vous entendu des voix
Je les ai entendu m'appelant
Est-ce le son doux qui appelle
Les jeunes matelots
La voix pourrait être la même
Je l'ai entendu trop de fois pour l'ignorer
C'est quelque chose que je suis sensé d'être

Un jour nous la trouverons
La connexion des arcs-en-ciel
Les amants, les rêveurs et moi

....

La vie est comme un film, écris ta propre fin
Continue à croire, continue à faire semblant de faire

Jim Henson

....
Enregistrer un commentaire