jeudi 24 avril 2008

Party dresses by Balenciaga in the garden


The Azalea
Down at the side of the pool

28 avril 2008
Je traine les pieds pour une version française car sa seule lectrice est en vacances sans WiFi, mais la voici, tout en bas.

I went on a garden tour yesterday, dismayed at how much I haven't done and have to do, and at how little time is available in which to get it all done. Turning away from the rhododendron, not yet in flower here, to look out towards the pool, a burst of red caught my eye. I had never seen it like that! What was going on? The dogs followed me down to check all that red out, mostly as an excuse to almost fall into the algae-thick pool water, I'll just nose around here, and stick my paw in there... no, no, not doing anything; of course I am not going to go in there...
The azalea was in full regalia and magnificence, covered with gorgeous, large, diaphanous blooms! How did this happen? Just because I cleaned up under the winter-flowering heather around it?

That heather is a problem. It's purplish-pink blooms clash with the azalea. Not a mix I'd have gone for. It's a little like the burnt-orange tint to the new foliage on the Pieris japonica cultivar down there. Not an outstanding combination.

Nature wouldn't approve.

....

The renovations
contracts

Monsieur Aubrun (soon to become Eric here) came by today for les explications. I almost chickened out. There is that little side of me that backs down and away and would rather offer a plate of biscuits with the coffee and the check.

But, I didn't. I'm not sure I want to crow about the result to Audouin, though, because it might backfire, as in, "I'm not at all sure I like that you discussed that with them and for that price it wasn't included in the quote when you thought it was." You can guess what that would be getting at. I'll have to think about how much I have to gain on either side of that coin toss.

First, there were preliminary pleasantries concerning the garage and a few hand sketches of what I have in mind.

"My husband wants to build it himself," I said over my shoulder from the coffee machine, "but I worry about that. I mean, we don't really have all the equipment to do that, and he doesn't have a brother readily available to come help him frame it, and my son has other things he needs to worry about, like school." He proposed that I negotiate the garage with his guys as a bit of a side job once the work here is finished, adding that I could buy the materials and have them delivered for them, or have them do it with their professional discounts at Point P.

He explained that the price of materials would work out to about the same either way, since Point P's professional materials are somewhat better quality and higher priced than LeRoy Merlin's do-it-yourself quality materials. It's like the Home Depot, which also exists here under some name I forget. My sister realized that when we were driving to my in-law's for the wedding almost 6 years ago, and she saw their building and sign on the outskirts of Chartres.

Yes! Imagine that; Chartres doesn't just have a cathedral, it has big-box shopping!

Then, it was time.

"I just have a few questions --"

"Like the front gate, will it be completely stripped before painting?" he offered, helpfully.

"Oh, no, not that. I am sure it will. No, more like the interior," here we go, you can do it, "With Joachim, we had talked about insulating the walls before applying the plaster. I wanted to be sure this is in the numbers because the quote doesn't specifically say it, whereas it does for the toilet closet up in the children's bedroom." The look on his face said it all. No, it wasn't.

But this is where the fun starts! I actually love this part, once I get into it. It gets my architect blood up. They know you know, and so you know you'll get what you want. Within reason, of course, but they know you know that, too. I not only got the insulation, I got him to get Joachim on the phone and we negotiated how to get the ceiling in the living room, which they had been dragging their feet on, plus redoing the trim around the windows, and an assurance that the door to be added to close the "petit salon" will be glass-paned to let the light from the entry door into the room.

Yes! For that, I agreed to rip out the sheet-rock drop-ceiling in the living room and remove the existing trim around the windows myself. No problem. I love demolition.

The best is when you can hear them sweating, calculating their profit margins in their heads. This, friends, is why I wanted to work with Eric Aubrun. There are detail things that he hesitated on, and I said that I am sure I can see to them with Joachim once he is on-site because very often there are little things like that that it turns out we can get done very quickly once the job is rolling.

"Yes, but, of course I have to be able to pay my guys, you know."

"Naturally. I most certainly do, absolutely." Subtext, I know exactly what little things they can do that you would love to charge additional for, but which come with the territory, and I expect to be here on site alert for the propitious moment to see to it that they get done.

June 1 is the date. I would have preferred mid-May because of course I forgot that they take August off, which means they won't be inside until September. He offered to take them off the outside of the house and bring them inside for July.

"But that isn't really the best way to do things, is it?"

"No, it really isn't."

"Then, we'll leave them finish up outdoors and get to the interior as quickly as possible, understanding that it will be very difficult for us to live in the house and receive my husband's children in a construction zone, which we might have been able to avoid had we been able to start when we thought we would, initially." That was said brightly.

I just don't want them dribbling into October.

We sat down to sign the contracts, which he had offered to return to do, but I didn't want to give them any excuses to start later than June 1, so I said we'd sign the promise to get them here June 1, or before it at all possible, right away.

"And perhaps we could just note the insulation on the contract before we sign."

"Of course, if you like." He wrote that out, plus the door being glazed. I don't know if the ceiling got on there, but he knows.

He knows.
....
L'azalée
A côté de la piscine

Je fis un tour du jardin hier, consternée par combien je n'ai pas fait et combien j'ai à faire, et par combien peu de temps il y a pour tout faire. Me retournant du rhododendron, toujours pas en fleur ici, pour tourner mon regard sur le bas du jardin et la piscine, toujours pas ouverte, une explosion de rouge m'attrapa l'oeil. Je ne l'avais jamais vu comme ça! Que se passait-il? Les chiennes me suivirent en bas pour aller voir tout ce rouge, plutôt comme un excuse pour frôler le danger de tomber dans la piscine d'algue, toujours bâchée. Elles ne comprennent pas bien que la bâche ne s'agit pas d'un sol. Je vais juste mettre mon museau ici, et ma patte là... non, non, je ne fais rien; bien sur que je n'y vais pas là...

L'azalée est en grande tenue et elle est magnifique, couverte de fleurs ravissantes, grandes, et diaphanes. Comme s'est produit cela? Seulement parce que j'ai fait de ménage en dessous la bruyère d'hiver autour?

Cette bruyère d'hiver pose des problèmes. Elle porte des fleurs d'un rose-violet qui ne va pas de tout avec le rouge très légèrement pourpré de l'azalée. Pas un mélange que j'aurais cherché. C'est un peu comme la teinte orangée au nouveau feuillage du de son voisin, un cultivar de Pieris japonica. Pas une association de couleur merveilleuse non plus.

La nature ne donnerait pas son approbation.

....

Les renovations
les contracts

Monsieur Aubrun (bientôt "Eric" ici) fut passé aujourd'hui pour "les explications". Je faillis faire la poule mouillée. Il y a ce petit côté de moi qui en rabat devant un défi et préfère offrir un plateau de biscuits avec le café et le chèque.

Mais, je ne le fis pas. Je ne suis pas certaine que je voudrais m'en vanter devant Audouin, malgré tout, car cela pourrait mal tourner contre moi, genre, "Je ne suis pas de tout sur que je suis content que tu l'as discuté avec eux pour ce prix là et tout cela ne fut pas déjà dans le devis quand tu pensais que oui." Vous pouvez deviner à ce que cela voudrait dire. Il faudra que j'en réfléchisse avant d'ouvrir le bec.

Mais, retournons au sujet, d'abord il y avait les propos préliminaires concernant le garage et quelques croquis fait devant lui de ce que j'imagine.

"Mon mari voudrait le faire lui-même," je dis par au-dessus de mon épaule de la machine à espresso, "mais je m'y fais des soucis. J'entends dire que nous n'avons pas l'équipement pour un tel projet, et il n'a pas un frère disponible de venir passer quelques weekends, voir semaines, pour monter la charpente, et mon fils à d'autres chats à fouetter, comme l'école, par exemple." Il proposa que je le "négocie" avec ses hommes une fois que les travaux pour la maison seront achevés, rajoutant que nous pourrions acheter les matériaux et les faire livrer, ou leur demander de les acheter avec leur réduction professionnelle chez Point P.

Il expliqua que le prix des matériaux serait le même car ceux de Point P sont d'une qualité professionnelle et plus élevés en prix tandis que ceux de chez LeRoy Merlin des bricolos sont un peu moins chers et moins bien.

Et puis, le moment fut arrivé.

"J'ai juste quelques questions --"

"Comme le portail de l'entrée, serait-il complètement décapé avant d'être peint?" il offert, me prêtant main-forte.

"Non, non. Pas cela. J'en suis sûre qu'il le sera. Non, plutôt des questions concernant l'intérieure." Allez, vas-y, tu peux le faire. "Avec Joachim, nous avons discuté l'isolement des murs extérieurs du côté de l'intérieur avant l'application de l'enduit à la taloche. Je voudrais être certaine que ceci est inclus dans le devis parce que je ne le vois pas, pourtant nous le voyons pour le WC dans la chambre en haut." Son regard me disait tout. Non, il ne tint convenablement pour lui pas compte de cela.

Mais, pour moi c'est là où je commence à m'amuser. Au fait, j'adore cette partie, une fois qu'on y est. Ca fait remonter le sang d'architecte! Ils savent que tu sais, et alors tu sais que tu auras ce que tu veux, si tu es raisonnable, bien entendu. Mais, ils savent que tu sais cela aussi. J'ai eu non seulement l'isolement, mais il appela Joachim et nous négociâmes le plafond du salon, sur lequel ils avaient fait traîner les pieds, les -- comment ça s'appelle encore? Les moulures autour des fenêtres? -- menuiseries, et son assurance que la porte qui fermera le petit salon aura des carreaux pour que la lumière de l'entrée passera au petit salon.

Ouai! Pour ça, j'acceptai de démolir moi-même le faux plafond en BA13 et enlever (doucement) les menuiseries autour des fenêtres. Pas de problème. J'adore démolir les choses.

La meilleure part est quand on peut les sentir en train de stresser, calculant leurs marges de profit dans la tête. Voilà pourquoi je voulais travailler avec Eric Aubrun. Je pensai que je pourrais négocier avec lui comme il faut. Il y a encore des détails, des choses sur lesquelles il hésite, mais je lui dis que je suis certaine que je pourrai les voir avec Joachim pendant les travaux car souvent il y a des choses qu'à la fin de compte peuvent être faites très rapidement une fois que les travaux sont en cours.

"Oui, mais il faut que je puisse payer mes hommes, savez," dit-il, un tout petit peu nerveux.

"Bien sur," lui montrant mon sourire le plus charmant, "je le sais. Je le sais bien." Sous texte, je sais exactement pour quelles petites choses ils voudraient te faire payer plus cher mais qui sont normales, et je serai là veillant pour le moment propice pour être sûre et certaine qu'elles soient faites.

Le 1er juin c'est la date. J'aurais préférée la mi-mai car bien sur j'ai oublié qu'ils prennent le mois d'août, ce qui voudrait dire qu'ils ne démarreront l'intérieur jusqu'au mois de septembre. Il proposa d'arrêter les travaux extérieurs pour qu'ils finissent l'intérieur pour la rentrée.

"Mais, ce n'est pas vraiment la meilleure façon de faire les choses, n'est-ce pas?"

"Non, pas vraiment."

"Alors, on les laissera finir l'extérieur et commencer l'intérieur au plus vite possible, sachant qu'il sera très difficile de vivre et recevoir les enfants de mon mari dans un chantier, ce qu'on aurait pu éviter si on avait pu commencer quand vous avez penser initialement." Je dis tout cela gardant le sourire.

Je ne veux juste que les travaux d'intérieur train encore en mois d'octobre.

Nous fûmes assis pour signer le contract, ce qu'il offert retourner faire, mais je ne voulus lui donner raison de commencer plus tard que le 1er juin, alors je lui dis que je préférai signer tout de suite la promesse pour les avoir ici au pus vite possible.

"Et peut-être nous pourrions juste noter l'isolement des murs sur le contracte."

"Bien sur, si vous voulez." Il écrit tout cela, plus la porte aux carreaux pour le petit salon. Je ne sais pas si le plafond fut noté, mais il le sait.

Il le sait.
....
Enregistrer un commentaire