mercredi 7 mai 2008

The Beautybush

No, that's the other Rhododendron blooming
I just liked the picture

17 mai
La version française se trouve desormais à la fin. Merci de votre patience. Si quelqu'un la lit...


The Kolkwitzia amabilis, or Beautybush, is insignificant in its new home at the left end of the second terrace. I count them from the top down. If you go back to the post where I put the plans of the garden, you can see that there are five levels.

I call the one at the top, where the house is, the principal terrace, and the next level down the second terrace. From here, there are three stair cases, the central one that drops straight down the middle of the garden to the bottom level, where the pool is, over to the left, and one to either side. The right one, parallel to the central stair, leads to a single terrace that I call the right intermediary terrace (it sounds much nicer in French... odd because I think English has so much richer a vocabulary, but things sometimes just sound better in French), where the stone bench sits, set into the bank of St. John's Wort, facing out over a planting bed of Day lilies and the future garage and courtyard, while the one to the left leads to the left intermediary terrace and the gazebo terrace, from which one further set of stairs leads down to the pool, over which it looks.

It has been dangerous, working on someone else's garden, because if my goal was to learn as much as I could in a short period of time to be able to design a garden for someone else, well, now I can walk into Florosny and recognize even more plants, and bring them home to experiment in my own garden. Tony, sensing my susceptibilité yesterday afternoon -- when I bought 4 clematis, 2 climbing roses, another honeysuckle, the Beautybush, and a Judas tree which he slashed the price on because it had branches on one side only, and he threw in two Broom shrubs, of the Cytisus scoparius sort -- went for the big sale and started accesorising like a Neiman Marcus sales rep on commission. He showed me a gorgeous white Azalea mollis, when he saw me start to swoon over a smaller one. Naturally, it was nearly three times the price and glorious. I held firm and left it there. Maybe another time, surely the smaller one.

"My husband will kill me. I buy plants like some people buy... pairs of shoes."

"You do buy a lot of plants," he laughed, adding hopefully, "I'll have to come see the garden."

Gate's open. Anytime.

Like today. Another exquisite day, and there I was, after completing my political work for the day -- an email to Maureen Dowd applauding her change of tone in today's column on Hillary Clinton's sad metamorphosis, a post of my own on the Mybarackobama.com site, a few emails -- and some personal business that needed me, I went out in the heat of the day to dig another hole!

This one was next to an existing hole from a rotted old tree stump of a size that has always intrigued me, being, as it is, in a raised planting bed in a corner. What on earth was that tree? It has since continued rotting and served as a home to a tossed concrete planting trough and a very large toad. I poked around for a bit to see if the toad were at home before hauling the planting trough out and starting to attack the rotten wood with my square-edged shovel. I didn't want to bury or scare him alive.

Kolkwitzias have the good grace to be willing to grow in anything, including chalky soil, so I was able to mix a fair amount of the old dirt into the new planting soil to fill the hole I had made. In fact, I only made a hole for its future root system. The fact is that the little Kolkwitzia sits rather proudly and insignificantly on top of a decent-sized mound of soil, somewhat above the stone edge of the raised planting bed border. That way, it can sink a bit and not be too low as it grows.

And grow it will. Kolkwitzias are a magnificent deciduous shrub with an upright and arching habit, growing to 6'-10' high and wide, if you let it. This makes it wonderful to fill the space at the end of this narrow terrace -- you can just make it out, that little leaf-covered lump to the right of the yellow bearded irises in the photo below -- between the grand Laurier nobilis tree and the peonies, roses and irises at the end of the raised planting bed the length of the terrace, against the principal terrace.

Since it sits up above ground level by about 80 cm, it's branches can arch down over the low wall, connecting the vegetation in the raised bed to the lawn level. Most of the shrubs planted by previous owners have upright habits, making them appear to sit imprisoned in the bed, treating the wall rather ungracefully.

The third side is occupied by a large Spiraea van Houten (Spiraea x vanhouttei), or prunifolia, otherwise known as Bridal Wreath Spiraea -- the one that protects the beautiful Paeonia suffruticosa -- that behaves the way the Beautybush will, and the row of Lavendula grosso, hybrid tea roses and weeping roses.

Behind it and up the ivy-covered wall will grow Clematis "Nelly Moser", which does well in shade, too, and flowers early summer and again in the fall, too fall back down onto the Beautybush, a cascade of pink-mauve flowers.

I still have so much more to think out and plant! I guess that's the good news.

Now, I have to eat a quick dinner and do the neglected housework. Hector and his girlfriend return tonight for two days, while Audouin only has tomorrow off before Monday's holiday, and a good friend is coming to spend two days, too. We have an embarrassment of holidays here in France, which makes lots of time to share with friends and family, and I am going to try to sit still in and enjoy my garden until Saturday!

....

The pool pump saga
Chapter 2

The garagiste declared it dead. Not only does the stuck bolt turn with its sleeve, each of the four sleeves is at a different level with respect to the opening to the pump, where the seal is made. A sign, he said, that it has frozen, and not just once. It will leak, he said, and asked if I had gone to see the people at AquaSystem. That, I told him, was right where I was headed.

Sabine there said she wondered where I had been this season (I am famous for my accent, which sets me apart around here, although I am not the only anglophone) and told me that we can get a new housing for the pump, a Hayward, but it would cost nearly as much as a pump.

When I gave Audouin all the information, he said, "I don't care, let's have Zachalsky get the bolt out, and I'll give it a whorl."

"Ooooh noooo, I don't think so. Why do we want to let the pump leak and cause pressure problems in the lines when we already suffer enough every year because of this? It's time to replace the pump and find a way to protect it off-season, but you decide. Whatever you want to do."

That, I have learned, generally does it.

"But, so the pump is less than I expected, it still might cost a fortune to redo the piping to accommodate it."

"I'm going to hazard a guess that pool pumps are somewhat standardized to encourage people to buy new ones, and the competitor's at that."

I was right. Or right enough, it appears. No miracle. Just comes from working as an architect long enough. I'll take in the old Hayward and see if it corresponds to the Eurostar they have in stock, which turns out to be the same price as the Hayward, which they can get for us in a week's time if it turns out to be easier and cheaper to install. Sabine doesn't care; their guys are so overbooked, they'd prefer that we be able to do the installation ourselves.

So, the aquatic life enjoying our pool has up to another week to ten days, unless Audouin can get this installed on Sunday, my goal for his day.
....


Non, ce n’est que le premier Rhododendron, fleurissant
(J’aime la photo)

Le Kolkwitzia amabilis, ou Buisson de beauté, reste insignifiant dans son emplacement au bout de la deuxième terrasse, à gauche. Je les compte de haut en bas. Si vous retournez à l’entrée où je parlai du plan du jardin, vous pouvez voir qu’il y en a cinq niveaux en tout.

J’appelle celle de plus haut, au niveau de la rue et de la maison, la terrasse principale, et celle de juste en dessous la deuxième terrasse. De là, descendent trois escaliers. Celui du milieu plonge directement en bas du jardin, où se trouve la piscine, à gauche, et puis il y a deux escaliers plus courts, un de chaque côté. L’escalier de droite descend à la terrasse intermédiaire de droite, avec son banc en pierre adosser contre le talus de millepertuis, face à une plate bande de hémérocalles et là où se trouvera le garage et sa cour. L’escalier à gauche amène à la terrasse intermédiaire de gauche et son talus de millepertuis, une petite plate bande de plantes aromatiques (pas grandes choses), d’où un autre petit escalier de quelques marches descend à la terrasse de la gloriette et encore quelques marches amènent le visiteur au niveau de la piscine et son gazon, qu’elle domine.

Travaillant sur la création du jardin de quelqu’un d’autre s’est prouvé dangereux (pour le budget), car si mon objectif fut d’apprendre un maximum de choses dans un minimum de temps pour pouvoir maîtriser à un minimum les la sélection des plantes, bon, maintenant je peux rentrer chez Florosny et reconnaître encore plus de plantes. Je ne les résiste pas, et les ramène pour expérimenter dans mon propre jardin. Tony, ressentant ma grande susceptibilité hier après-midi, -- quand j’achetai 4 clématites, 2 rosiers lianes, encore un chèvrefeuille, le Buisson de beauté, et un petit arbre de Judée sur lequel il a cassé le prix car il n’a des branches sur qu’un côté de la, et puis il m’offert 2 Genêts à balais (Cytisus scoparius) dont je n’ai strictement rien à faire – sentit le grand coup et se mit à accessoiriser comme un vendeur sur commission chez Le Bon Marché.

Il me montra un Azalée mollis aux fleurs blanches à tomber parterre quand il me vit admirer un plus petit spécimen. Bien sur qu’il fut trois fois le prix, et une merveille. Mais, je tins bonne et le laissai au magasin. Peut-être une autre fois, et puis sûrement le plus petit.

"Mon mari me tuerait. J’achète les plantes comme certains gens achètent des --" je hésitai pour réfléchir avant de rajouter, "des chaussures."

"C’est vrai que vous achetez beaucoup de plantes," dit-il, riant gentiment, et puis rajouta "Il faudra que je vienne voir le jardin.”

Le portail est ouvert. C’est quand vous voudriez.

Un jour comme aujourd’hui, par exemple. Encore une journée exquise, et que fis-je? Après mon travail politique (et inutile) pour la journée – un email à Maureen Dowd du New York Times, applaudissant son changement de ton dans son éditorial aujourd’hui au sujet du triste métamorphose de Hillary Clinton, une entrée dans mon blog politique sur le site Mybarackobama.com (Googlez Jacqueline de Floris, et c’est la première chose, pour ce qu’il vaut, qui n’est pas grandes choses, bien qu’il m’a décrocher une invitation de contribuer à un blog politique. Mais, s’ils veulent de moi, ce ne peut pas être si merveilleux. Ce n’est pas l’un des grands), l’envoie de quelques emails et quelques affaires personnelles qui exigeaient mon attention, et je suis allée creuser encore un trou au moment où il faisait le plus chaud.

Ce trou fut à côté d’un vieux trou d’une vielle souche d’arbre pourrie d’une taille qui m’a toujours surpris car elle est très grande pour le coin d’une plate bande surélevée. Ce fut quelle sorte d’arbre ? Depuis sa disparition, sa souche et le trou servaient d’abris pour un bloc de béton qui servit autre fois de vasque et jeta là et un très grand crapaud. Je donnai quelques petits coups avec la bêche pour voir si le crapaud fut chez lui avant de enlever le bloc de béton et me mettre à attaquer la vielle souche avec des vrais coups de ma bêche. Je ne voulais ni l’enterrer vivant ni lui faire peur.

Les Buisson de beauté ont le bonne grâce de bien vouloir pousser et s’épanouir dans n’importe quel sol, même les sols calcaires, alors je pus mélange rune bonne quantité de la terre d’origine avec la terre végétale pour remplir le trou je creusai. En fait, je fis le trou pour son système futur de racines. Le Buisson de beauté règne fièrement et sans une présence remarquable sur son petit monceau de terre, un peu au-dessus le bord du mur de la plate bande surélevée dan laquelle il est planté. Ainsi, il peut s’enfoncer sans disparaître le temps qu’il grandi.

Et, comment il grandira. Les Kolkwitzias sont d'arbustes caducs magnifiques, au port érigé et aux branches arquées, qui peuvent atteindre 2 à 3 mètres de haut et de large, si on les permet. Il est un arbuste idéal pour remplir l’espace au bout de cette terrasse étroite – on peut le percevoir, une petite masse couverte de feuilles à droite des iris jaunes dans la photo – entre le grand Laurier nobilis et les pivoines, le rosier et les iris.

Puisqu’il se trouve à plus ou moins 60 centimètres au-dessus du sol, ses branches retomberont jusqu’au sol, créant un rapport entre la végétation dans la plate bande et le gazon. La plus part des arbustes plantés dans les plates-bandes par la personne qui fit ce jardin sont totalement érigés, ce qui fait qu’ils paraissent des prisonniers de leur plates-bandes surélevées, un manière de traiter les murs bas qui manque de grâce.

Le troisième côté est occupé par un Spiraea van Houten, ou Spirée de Vanhout, celui qui fait un si bon abri pour le Paeonia suffruticosa et qui a le même port que le Buisson de beauté, et la rangée Lavendula grosso, rosiers hybride de thé et les deux rosiers pleureurs.

Derrière, la clématite 'Nelly Moser', aux pétales blanches avec des traits d’un rose pale, et qui tolère bien l’ombre d’ailleurs, fleurissant en début d’été et encore dans l’automne, grimpera dans le lierre et tombera en cascade sur le Buisson de beauté.

Et j’ai toujours autant que je dois planifier et planter ! Mais je suppose que cela est une bonne chose.

Là, je dois avaler mon dîner et faire le ménage que je négligeais en préférence du jardin. Hector et sa copine reviennent tard ce soir pour deux jours encore, et une vielle amie adorée vient aussi passer deux jours de ce long week-end férié. Je vais essayer de rester assise tranquillement dans mon jardin jusqu’à samedi !

....

La saga de la pompe de la piscine

Chapitre 2

Le garagiste la déclara morte. Non seulement le boulon qu’il ne peut pas sortir tourne avec sa manche, mais les trois autres têtes de manches ne sont pas à niveau. C’est une indication que la pompe a gelée avant cet hiver. Il fuira, dit-il, et demanda si je suis allée voir Aqua System. C’est là, lui dis-je, je vais immédiatement.

Là, Sabine me dit qu’elle se demanda où j’étais cette saison, car d’habitude j’y vais beaucoup plus tôt dans la saison (Je suis connue par mon accent, qui me met à part dans le coin, bien que je ne sois pas la seule anglophone), et elle me dit que oui, nous pouvons acheter un nouveau corps pour la pompe, mais il coûterait presque le prix d’une nouvelle pompe.

Lorsque je transmis tout ce que Sabine m’avait raconté, il prononça, "Non. Amène-la chez Zachalsky, dis lui d’enlever le boulon, et je verrai ce que ça donne. "

"Ah, mais non, je ne pense pas que cela soit une bonne idée. Pour quoi on voudra permettre la pompe de fuir et occasionner des problèmes de pression dans les tuyaux quand on a déjà des assez d’ennuis tous les ans à cause de cette pompe qui fuit probablement déjà ? Il est temps de la remplacer et trouver une moyenne sûre de la protéger pendant l’hiver. Mais tu décides. C’est comme tu voudras."

Ca, j’ai appris, marche en générale.

"Mais alors, la pompe est moins cher que j’ai pensé, il peut toujours coûter une fortune de la raccorder."

"Je vais dire que les pompes de piscine sont peut-être standardisées à fin d’encourager les gens d’acheter des nouvelles unes, et celles du compétiteur."

J’eus raison, à peu près, il parait. Pas de miracle. C’est le fruit d’avoir travaillé comme architecte pendant des années. J’amènerai la vielle Hayward pour voir si elle corresponde à la pompe Eurostar qu’ils ont en stock, au même prix finalement que la Hayward qu’ils peuvent nous commander si elle serait plus facile à installer finalement. Sabine s’en fou ; leurs garçons sont si surbookés qu’ils préfèrent que nous l’achetions et puis l’installions nous-même.

Alors, les animaux aquatiques bénéficiant de notre piscine auront encore une semaine ou 10 jours, à moins que Audouin puisse l’achever dimanche, mon but pour sa journée de dimanche.
....

Enregistrer un commentaire