mardi 6 mai 2008

May mornings' glory


Heuchera x brizoides 'Firefly'
Coral Bells

17 mai
Version française se trouve à la fin.


It is a spectacular day. I pulled a fast one and managed to leave the French windows in our bedroom slightly open the night before, inviting the morning breeze into our room.

"I thought it was draftier than usual," said my husband. Will O' Wisp stretched, snuggled closer, pressed her paw into my neck, and I decided I could lie there and listen to sunshine on leaves and the birds in the morning breeze for awhile.

Green is meant for sunshine, but gray and rain help refresh it, and make you appreciate its wonder all that much more. How do you do it, those of you who do not garden or go to work in a suburban office block? This must be why there is not enough love and why we go to war. The Pentagon should be open-air green offices in the midst of endless gardens, and everyone would be so busy caring for their plants and marveling at the leaves opening and the buds preparing to burst into flower that they would forget they need oil. They would be happy to stroll home, or glide in their Prius, maybe jump on their light-frame bike to peddle home, like my friend Katie does from the New York City Parks Department. 90 minutes each way.

(Is it alright that I told everyone that, Katie?)

Every gesture should be one that makes the world around each of us more exquisite. It's so easy.
....

Clematis and honeysuckle

Today I am planting clematis and honeysuckle against the uprights of the gazebo. This means digging up and hauling away still more of that horrendous chalk muck that passes for dirt around here. I love making holes and filling them with lovely planting soil. I wish I had lovely planting soil already in my garden, but since I don't... I am off to Florosny for more clematis, honeysuckle, bags of planting soil and fertilizer for my rhododendron ("I'm not dead yet!"), which is bravely opening a few more flower buds, while the big old guy down by the gazebo is about to become a mass of deep pink.

It is overshadowed by the "Pierre Ronsard" -- you might better know it as Eden Rose -- climbing rose on the wall behind it, which is covered, literally covered with buds about to open all at once. It is going to more than make up for last year's abysmal rose season! I sprayed for black spot and I need to fertilize, since I see some yellowing leaves and some spotty ones. The worst combination was last year's: a very damp season against a wall. All kinds of predatory spore things grow on the leaves and destroy the buds. They never got to open into roses last year before they looked like the stuff I pulled out of the back of the refrigerator yesterday. No longer identifiable.
....

The pool pump and a stuck bolt

I am also supposed to take the pool pump housing to the garagiste -- the guy who fixes our cars -- to see what they can suggest for the fourth bolt that is stuck in its sleeve. Audouin spent two full days attempting to drill down the center of it. His idea was that if he could drill a smaller hole in its diameter, he could thread that hole (he has a nifty kit that lets him do things like that), screw a smaller screw into it and use that to fix the pump to the housing and the housing to the floor.

Sam approached me the other day, a bit concerned, and said, "Mom, Audouin has been at that for hours, and he hasn't made any progress that I can see."

Audouin saw differently than we both did, but he did finally see nearly enough to Sam's vision to realize I might be right. This is not working. I am hoping that someone who works a lot with stuck bolts and engine blocks can point us in the direction of someone who can take care of this in 30 minutes (Uncle Bill?) because all this time the frogs are reproducing in our pool and we think there might be fish and bottom feeders.

Got to go.
....

Heuchera x brizoides 'Firefly'

C’est une journée spectaculaire. J’ai réussi à garder les portes-fenêtres de notre chambre ouvertes, invitant ainsi la brize du matin dans la pièce.

"Je pensais qu’il y avait un courant d’aire," dit mon mari. Will O' Wisp s’étira, se pelotonna contre moi, pressa une patte dans mon cou, et je me décidai que je pus rester là encore un moment et écouter à la lumière sur les feuilles radieuses et les oiseaux sur la brize du matin.

La couleur vert fut crée pour la lumière du soleil, mais le gris et la pluie contribuent à le rafraîchir, et te font apprécier sa merveille d’autant plus. Comment faites-vous, ceux qui ne jardinent pas et travaillent dans un bureau? Cela doit expliquer pourquoi il n’y a pas assez d’amour et pourquoi on fait la guerre. Le Pentagone devrait est compose des bureaux ouverts au milieu d’un vaste jardin, et tout le monde serait tellement occupé par le soin de des plantes et s’émerveillant devant les feuilles s’ouvrant et les fleurs s’épanouissant qu’ils oublieraient tous qu’il faut chercher de pétrole. Ils seraient heureux de flâner, rentrant chez eux à pied, ou de glisser jusqu’à la maison dans leurs Prius, peut-être de sauter sur leur vélos pour pédaler la distance, comme mon amie Katie fait, de Département des parcs de NYC. 90 minutes dans chaque sens.

(Est-ce que ça va que je le dis à tout le monde, Katie?)

Chaque este devrait en être un qui rend le monde autour de nous plus exquis. Cela serait tellement facile.

....

Clématites et chèvrefeuille

Aujourd’hui, je plante des clématites et des chèvrefeuilles contre la gloriette. Cela veut dire que je creuse des trous, enlève encore de cette boue calcaire affreuse qui se fait passée pour la terre ici. J’adore faire les trous et les remplir de la bonne terre végétale. J’aurais aimé tant avoir de la bonne terre déjà dans mon jardin, mais puisque j’en ai pas… je pars là chez Florosny pour des clématites ‘Esprit de Pologne’, des chèvrefeuilles ‘Goldflame’, des sacs de terre végétale et de l’engrais pour le pauvre rhododendron (‘Je ne suis toujours pas mort ! »), qui ouvre courageusement quelques boutons de plus, pendant que son grand frère en bas à côté de la gloriette va bientôt devenir une masse de fleurs roses.

Celui là est couvert partiellement par le rosier ‘Pierre Ronsard’ sur le mur derrière. Il est couvert, et je veux dire couvert de boutons prêts d’ouvrir tous en même temps. Il va plus que compenser le manque de roses de l’année dernière ! Je traitai pour la tache noire et je dois mettre de l’engrais, puisqu’il y a quelques feuilles qui jaunissent, et je vois des taches noires. L’année dernière fut la pire pour les rosiers, avec toute la pluie que nous eûmes, et surtout pour le Pierre de Ronsard, contre son mur. Toutes sortes de choses néfastes – les champignons -- pour les rosiers pousse sur les feuilles et détruisent les boutons même avant qu’ils n’ouvrent. Ils n’ont jamais pu devenir des roses l’année dernière avant de ressembler à tout ce que je trouvai au fond du réfrigérateur hier quand je le nettoyai. Plus possible de les identifier.

....

La pompe de la piscine et un boulon coincé


Je suis sensée d’amener le corps de la pompe de la piscine chez le garagiste – Monsieur Zachalsky – pour voir ce qu’il pourra suggérer pour le quatrième et dernier boulon, coincé dans sa manche. Audouin passa deux jours entiers essayant de percer un trou dans le milieu du boulon. Son idée fut d’en faire un plus petit trou à fin d’y mettre une vise et s’en servir pour fixer le corps à la pompe et, en suite, le tout au sol.

Sam m’aborda l’autre jour, un peu inquiet, et me dit, "Maman, Audouin travaille sur ce boulon depuis des heures sans avancer de tout."

Audouin voyait les choses différemment de nous deux, mais au bout de quelque temps de plus, il vit encore suffisamment près de la manière de Sam pour s’en rendre compte que j’avais peut-être raison. Bonne idée, mais elle ne marchait pas. J’espère que quelqu’un qui travaille tous les jours avec des blocs de moteurs et des boulons coincés saurait nous guider dans notre quête et résoudre le problème dans à peu près 30 minutes (Oncle Bill?) car tout ce temps les grenouilles sont en train de se reproduire dans notre piscine et nous pensons qu’il doit avoir des poissons et des animaux qui se nourrissent de tout ce qu’il y a au fond.

Je dois y aller.
....

Enregistrer un commentaire